blog ecole2.com

La campagne de l'initiative pour une Suisse sans pesticides est lancée

Sources: rts/ats/gma

Le comité en faveur de l'initiative "Pour une Suisse sans pesticide de synthèse" a lancé sa campagne lundi à Berne. La population devrait s'exprimer dans les urnes sur ce sujet en 2020.

undefined

Le problème des pesticides n’est pas seulement un problème agricole, mais affecte tout le monde, indique le comité dans un communiqué. "Nous ne voulons plus être exposés aux pesticides synthétiques, qui ont un impact sur notre santé et notre environnement", est-il écrit.

Ces produits tuent sans distinction même les espèces utiles comme les abeilles et d’autres pollinisateurs à l'instar des oiseaux. Au final, les pesticides arrivent aussi dans nos assiettes, explique ensuite le comité.

Les initiants voient dans une interdiction des pesticides des avantages non seulement pour la santé, mais aussi pour l'économie. L'objectif est un changement structurel, déclare Joël Thiébaud, du comité directeur. Le label "Swiss Made" sortirait grandi de ce processus, ce qui profiterait également aux exportations et au tourisme.

Dix ans pour changer

La liste des interdictions comprend le glyphosate ou les néonicotinoïdes, un insecticide dangereux pour les abeilles. Des substances comme le sulfate de cuivre seraient toujours autorisées, même dans l'agriculture biologique. L'utilisation d'engrais resterait admissible.

L'initiative laisserait une période de dix ans à l'agriculture pour changer sa pratique. La Confédération est également incitée à soutenir l'agriculture pendant cette délicate transition.

pdf

Monnaie et pouvoir

Source: L'Hebdo, blog sur "Les non-dits de l'économie", tenu par Sergio Rossi

La crise financière éclatée en 2008 au plan global, après la mise en faillite aux États-Unis de la banque d’affaires Lehman Brothers, a eu malgré tout un effet bénéfique pour la Suisse: elle a mis au centre de la scène le fait que les banques, en Suisse comme ailleurs, n’ont pas besoin d’une épargne préalable pour octroyer des crédits à n’importe quels agents économiques. Comme l’avait déjà fait remarquer Joseph A. Schumpeter dans les années 1950, "les crédits bancaires forment les dépôts dans le système bancaire", de par la règle incontournable de la comptabilité à partie double.

De là, le débat s’est enchaîné en Suisse quant à savoir si, afin d’éviter de nouvelles crises financières "systémiques", il convient d’attribuer le privilège de "monétisation" à la seule banque centrale – l’émission monétaire étant tributaire de l’octroi de crédit au bénéficiaire de la monnaie émise par l’institution bancaire concernée.

A qui attribuer le privilège de création de la monnaie?

L’initiative populaire fédérale pour une "monnaie pleine a le mérite de soulever cette question dans le débat public afin d’aboutir à un meilleur système économique. Si les partisans et les opposants à cette initiative savent mener des discussions fondées en termes scientifiques – plutôt que de s’affronter de manière émotionnelle et irrationnelle – ce débat a bien des chances d’être entendu par la classe politique et les autorités préposées à la stabilité monétaire et financière de l’économie suisse. Il est donc fondamental de commencer par s’entendre sur la nature de la monnaie bancaire, son pouvoir d’achat et son mécanisme d’émission.

undefinedC’est là, toutefois, où le bât blesse. Des deux côtés du débat, il y a des conceptions très différentes quant à savoir ce que la monnaie est, d’où tire-t-elle son pouvoir d’achat (étant donné qu’il s’agit simplement d’une écriture à partie double dans la comptabilité des banques) et comment se fait-il que les banques puissent prêter une somme qui n’existe pas a priori (ou ex-ante). Si l’initiative pour une "monnaie pleine" va récolter, jusqu’au 3 décembre 2015, les 100'000 signatures nécessaires afin que le peuple suisse se prononce à ce sujet en votation populaire, elle aura déjà atteint un succès fort remarquable: amener l’ensemble des parties prenantes – pas uniquement les milieux financiers – à comprendre que l’émission monétaire à travers le crédit bancaire est une action capitale pour la stabilité et la soutenabilité de l’ensemble de l’économie. Pour la Suisse, cela signifie concrètement qu'il faudrait empêcher sur le plan structurel qu’une banque quelconque puisse octroyer des crédits sans avoir récolté l’épargne suffisante pour financer des opérations qui, au final, ne génèrent aucun nouveau revenu dans l’ensemble du système économique. Par contre, il faut (continuer à) permettre aux banques de financer par des crédits ex-nihilo des investissements (productifs) car il en va de la formation du revenu national sur le marché du travail.

Comprendre la monnaie est ici essentiel car cela permet de réduire l’asymétrie des connaissances dont profitent en l’état les banquiers et les institutions financières non-bancaires au détriment du bien commun (entendez la stabilité et le développement durable des activités d’ordre économique).

Journal sur la monnaie (source du document et de l'image:iconomix)

Accueil