blog ecole2.com

Pourquoi Apple distribue ses milliards

Source: Le Temps

La multinationale va racheter pour 100 milliards de dollars d’actions supplémentaires, après avoir déjà distribué, depuis 2012, 275 milliards à ses actionnaires. Ces gestes, salués en bourse, suscitent aussi des critiques

Un nouveau programme de rachat d’actions de 100 milliards de dollars, une augmentation de 16% du dividende, un bénéfice de 13 milliards généré lors du dernier trimestre… les résultats d’Apple, publiés dans la nuit de mardi à mercredi, ont surtout permis à la société dirigée par Tim Cook de s’adresser à ses actionnaires. Pas de nouveau produit – leur présentation intervient traditionnellement à la fin de l’été – mais une salve d’annonces intimement liées à la réforme fiscale décidée par Donald Trump fin 2017.

Entrons, pour commencer, dans les détails de ces annonces. Le rachat d’actions d’une valeur de 100 milliards interviendra ces prochains mois et succédera à un autre programme, d’une valeur de 210 milliards de dollars, qui s’achèvera durant le trimestre en cours. Selon les calculs du Financial Times, Apple détient six positions dans le top 10 des rachats d’actions par trimestre, dont les quatre premières. Le dernier record avait été établi lors du trimestre de janvier à mars 2018, avec des rachats d’une valeur de 23 milliards de dollars.

undefined

Entreprise la plus généreuse

Ce programme se double d’une augmentation de 16% du dividende, à 73 cents par titre, payable le 18 mai. Selon S&P Dow Jones Indices, Apple, avec 13 milliards de dollars ainsi distribués, devient ainsi la société la plus généreuse du monde avec ses actionnaires en chiffres absolus, passant devant ExxonMobil.

Pourquoi une telle générosité? "La réforme fiscale décidée par le président Trump est clairement la raison numéro un, estime Daniel Pellet, analyste chez Bordier, car il coûte désormais moins cher à Apple de rapatrier cet argent aux Etats-Unis [le taux d’imposition ayant baissé, ndlr]. Ce genre de plan de rachat d’actions géant a un impact direct sur le bénéfice par action: c’est extrêmement bien perçu par les analystes et les investisseurs aux Etats-Unis. L’autre raison, c’est la capacité toujours très élevée de la société à générer du cash." Sur le dernier trimestre, Apple a ainsi écoulé 52 millions d’iPhone.

"Un business très, très profitable"

Parlons de la réforme fiscale. A la fin de l’année civile 2017, Apple possédait 285 milliards de dollars, placés pour l’essentiel à l’étranger et dont la société ne faisait rien: avant la réforme décidée par Donald Trump, si cet argent était rapatrié aux Etats-Unis, le fisc américain aurait prélevé 35% de cette somme. Désormais, ce taux est tombé à 14,5%. Plutôt que d’emprunter pour rendre de l’argent à ses actionnaires – ce qu’Apple faisait jusqu’à présent –, la société utilise donc ses réserves.

Et elle demeure rentable. "Nous avons un business très, très rentable" a martelé Luca Maestri, directeur financier d’Apple. Le bénéfice trimestriel s’est ainsi étoffé de deux milliards par rapport à la même période de l’année passée et aucun analyste ne voit cette rentabilité s’étioler.

Mais Apple n’a-t-il pas mieux à faire que de rémunérer ses actionnaires directement (via les dividendes) et indirectement (la baisse du nombre de titres en circulation augmentant leur valeur)? "Il y a une raison politique: Apple veut certainement faire un geste envers l’administration Trump, qui a accepté ses demandes, émises depuis des années, de baisser le taux d’imposition, poursuit Daniel Pellet. Il y a aussi une cause plus terre à terre: Apple ne voit pas où investir tout le cash qu’elle génère. Sa direction préfère du coup récompenser ses actionnaires."

Imiter Facebook et Google?

Et pourtant, estime l’analyste de Bordier, la société de Tim Cook pourrait faire davantage. "Certes, Apple promet d’augmenter ses investissements dans des usines aux Etats-Unis, mais il faut être prudent avec ce type d’annonces. La société pourrait imiter Facebook ou Google en investissant massivement dans le cloud et les services, et peut-être aussi davantage dans les wearables [telles les montres connectées, ndlr]".

Les gestes annoncés par la multinationale ont eu un effet immédiat sur l’action, celle-ci progressant de 3,5% à l’ouverture de Wall Street mercredi, à 175 dollars. La plupart des analystes estiment que le titre va s’apprécier davantage ces prochaines semaines, UBS fixant par exemple un objectif de cours à 190 dollars.

Cette hausse bénéficie directement à la Banque nationale suisse (BNS), qui détenait fin 2017 des actions de la société pour une valeur de quelque 3,2 milliards de dollars, ce qui en fait le 27e actionnaire d’Apple. Si le nombre d’actions qu’elle détient n’a pas évolué, l’augmentation du dividende lui rapportera 2 million de dollars supplémentaires. Si l’action devait atteindre les 190 dollars prévus par UBS, la BNS, qui a déjà bénéficié de la hausse du titre depuis le 1er janvier, verrait son portefeuille d’actions gagner encore quelque 264 millions de dollars supplémentaires.

Commentaire...: un manque d’ambition

D’apparence, l’opération lancée par Apple est sûre. La multinationale a prouvé par le passé qu’elle était capable de gérer des programmes de rachat d’actions de plusieurs dizaines de milliards sans souci. Elle génère suffisamment de cash pour cela et jusqu’à présent, les investisseurs ont suivi la société – le cours du titre a quasiment quadruplé sur ces cinq dernières années. Les 100 milliards de dollars que va rendre Apple à ses actionnaires n’ont ainsi rien d’illogique.

Mais ce n’est pas très courageux. Racheter des actions peut paradoxalement envoyer un message négatif aux investisseurs: la direction n’a pas de bonne idée pour utiliser le cash, du coup elle récompense les actionnaires. Apple devient certes très forte dans les services, tels le streaming et le stockage en ligne, qui lui offrent une rente de situation si le nombre d’iPhone vendus devait baisser. Mais on attend davantage d’ambitions de la part de la société, que ce soit pour entrer sur de nouveaux marchés ou lancer des produits innovants. Apple n'en a pas besoin. Mais elle aurait les moyens de viser plus haut.

Tesla pourrait faire faillite cette année

Source: TDG

undefinedTesla serait-il au bord de la faillite? C'est ce qu'a laissé récemment entendre dans un courrier John Thompson, le directeur des investissements du fonds spéculatif Vilas Capital Management. L'homme (qui a parié la débâcle Tesla...) a estimé que le constructeur automobile haut de gamme pourrait s'écrouler dans les six mois à venir, rapportent plusieurs médias américains et francophones.

Le groupe a en effet connu ces deux derniers jours à la bourse américaine sa plus forte chute en une année. Le titre a perdu 7.7% mercredi, après avoir déjà perdu 8.2% la veille. En deux jours, près de 8 milliards de dollars de capitalisation boursière sont partis en fumée. "Wall Street commence à réaliser que Tesla est mal gérée et va faire face à de sérieux obstacles financiers dans les deux prochaines années", estiment les analystes de TheStreet.com.

Des propos qui confortent donc l'opinion de John Thompson qui a calculé que Tesla aurait besoin de 8 milliards de dollars dans les huit mois à venir pour renflouer ses caisses et ses dettes qui arrivent à échéance. Or, selon le Wall Street Journal, le groupe détenait 3.4 milliards de dollars fin 2017 mais il dépense 1 milliard de dollars par trimestre. A ce rythme, les caisses seront donc bientôt vides.

Les analystes s'accordent à dire que Tesla connaît de sérieux problèmes de liquidités. Ceci en raison notamment des problèmes de production du Model 3, son nouveau véhicule d'entrée de gamme censé lui ouvrir la voie de la production de masse. Le groupe californien s'est fixé des objectifs de production qu'il a dû revoir nettement à la baisse en raison de "goulets d'étranglement".

Nombreux doutes

Fondée en 2003, Tesla s'est imposé dans le paysage automobile avec des technologies électriques et semi-autonomes mais son horizon est assombri par de nombreuses interrogations.

Le NTSB, le régulateur des transports américain, a ouvert mardi une enquête à la suite d'un accident mortel impliquant un véhicule Tesla dans la ville de Mountain View en Californie le 23 mars. En 2016, un automobiliste américain avait déjà trouvé la mort alors qu'il conduisait une berline Model S de Tesla équipée d'Autopilot.

Concurrence

Tesla doit en outre désormais composer avec la concurrence de Porsche et Jaguar, deux fleurons de l'automobile mondiale, qui ont décidé de plonger dans le grand bain de la mobilité électrique. Porsche promet de commercialiser dès 2019 sa Mission E, une berline électrique rivale de la Model S de Tesla, dans le cadre d'un plan d'investissement de 7,4 milliards de dollars destiné à électrifier d'ici 2022 un tiers des modèles de la marque allemande.

Le constructeur Jaguar, qui appartient à l'indien Tata, va pour sa part s'allier à Waymo pour développer une version entièrement autonome de l'I-PACE, son nouveau modèle haut-de-gamme de voiture électrique.

Le franc suisse se renforce face à l'euro: pourquoi? avec quels effets?

inspiré par tdg / Thomas Thani - Zurich

En baisse depuis deux mois, le franc se revalorise

Alors que les milieux économiques étaient soulagés cet été de voir le franc perdre de sa valeur par rapport à l’euro en remontant autour de 1.10, le processus inverse est à l’œuvre actuellement: le franc s’est revalorisé fortement face à la monnaie européenne et valait 1.075 dans la soirée de vendredi, son plus haut niveau depuis deux mois.

Jeudi, tout en maintenant les taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE) à leurs niveaux actuels, son président, Mario Draghi, a dit qu’elle allait "réexaminer" sa politique monétaire avant sa prochaine réunion du Conseil des gouverneurs en décembre. 

Effets d'anticipation visible sur les emplois

undefinedDeux grand groupes, spécialisés dans le transport et la logistique mettent en avant la force du franc face à l’euro pour expliquer une vague de licenciement: Rieter, société de plus de 5k employés, basée à Winterthour, générant un bénéfice supérieur à 50 million l'année passée (en hausse de 100% sur le premier trimestre de cette année), a annoncé jeudi la suppression de 200 emplois; annonce suivie par celle de DHL, filiale de Deutsche Post avec 2.5k employés en Suisse, qui annonçait vendredi étudier la possibilités de biffer jusqu’à 70 postes.

Employés Suisse a exprimé des craintes que cette vague de licenciements puisse se poursuivre dans l’industrie (secteur secondaire) après les élections fédérales, les patrons et les partis bourgeois ayant pris soin d'éviter cette thématique lors des votations.

Poursuite d'un programme européen à faible impact...

La BCE soutient actuellement l’économie de la zone euro avec des taux d’intérêt très bas, des prêts aux banques et un vaste programme d’achats de dettes publiques et privées, au rythme de 60 milliards d’euros par mois durant encore une année.

Il n’est maintenant pas exclu que ce programme s’étende au-delà, car les mesures prises par la BCE se sont montrées pour l’instant incapables de faire remonter l’inflation au niveau qu’elle vise, supérieur à zéro. Les prix ont toujours tendance à baisser en Europe, ce qui fait craindre un mouvement de recul en spirale avec une chute des salaires et du pouvoir d'achat (déflation).

La Chine s'en mêle aussi

Le dollar était par ailleurs prisé par des investisseurs en quête de sécurité (en autre face à la crise migratoire vécue en Europe) alors que la Banque centrale chinoise a abaissé aussi son taux directeur pour rendre les investissements plus attractifs (le loyer de l'argent étant moins coûteux). Les Bourses sur ces deux marchés ont atteint des sommets, en sachant que des sommes importantes vont continuer à y être investis.

Accueil