blog ecole2.com

Le franc suisse se renforce face à l'euro: pourquoi? avec quels effets?

inspiré par tdg / Thomas Thani - Zurich

En baisse depuis deux mois, le franc se revalorise

Alors que les milieux économiques étaient soulagés cet été de voir le franc perdre de sa valeur par rapport à l’euro en remontant autour de 1.10, le processus inverse est à l’œuvre actuellement: le franc s’est revalorisé fortement face à la monnaie européenne et valait 1.075 dans la soirée de vendredi, son plus haut niveau depuis deux mois.

Jeudi, tout en maintenant les taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE) à leurs niveaux actuels, son président, Mario Draghi, a dit qu’elle allait "réexaminer" sa politique monétaire avant sa prochaine réunion du Conseil des gouverneurs en décembre. 

Effets d'anticipation visible sur les emplois

undefinedDeux grand groupes, spécialisés dans le transport et la logistique mettent en avant la force du franc face à l’euro pour expliquer une vague de licenciement: Rieter, société de plus de 5k employés, basée à Winterthour, générant un bénéfice supérieur à 50 million l'année passée (en hausse de 100% sur le premier trimestre de cette année), a annoncé jeudi la suppression de 200 emplois; annonce suivie par celle de DHL, filiale de Deutsche Post avec 2.5k employés en Suisse, qui annonçait vendredi étudier la possibilités de biffer jusqu’à 70 postes.

Employés Suisse a exprimé des craintes que cette vague de licenciements puisse se poursuivre dans l’industrie (secteur secondaire) après les élections fédérales, les patrons et les partis bourgeois ayant pris soin d'éviter cette thématique lors des votations.

Poursuite d'un programme européen à faible impact...

La BCE soutient actuellement l’économie de la zone euro avec des taux d’intérêt très bas, des prêts aux banques et un vaste programme d’achats de dettes publiques et privées, au rythme de 60 milliards d’euros par mois durant encore une année.

Il n’est maintenant pas exclu que ce programme s’étende au-delà, car les mesures prises par la BCE se sont montrées pour l’instant incapables de faire remonter l’inflation au niveau qu’elle vise, supérieur à zéro. Les prix ont toujours tendance à baisser en Europe, ce qui fait craindre un mouvement de recul en spirale avec une chute des salaires et du pouvoir d'achat (déflation).

La Chine s'en mêle aussi

Le dollar était par ailleurs prisé par des investisseurs en quête de sécurité (en autre face à la crise migratoire vécue en Europe) alors que la Banque centrale chinoise a abaissé aussi son taux directeur pour rendre les investissements plus attractifs (le loyer de l'argent étant moins coûteux). Les Bourses sur ces deux marchés ont atteint des sommets, en sachant que des sommes importantes vont continuer à y être investis.

4 (nouveaux) trucs pour devenir riche ;-)

Source: blog de L'Hebdo, Yves Genier

Le franc redevenu libre, tous les scénarios de placement sont à revoir et on planche dur dans les banques et ailleurs pour les remettre à jour. La rédaction de L'Hebdo a ainsi le plaisir de livrer à ses lecteurs ses bons conseils. En primeur, bien sûr:

1) Ne thésaurisez surtout pas d'EUROS

Bien sûr, il a chuté de près de 20% en moins d'un jour. OK, c'est super pour faire les courses et skier (où est la neige?) en France. Mais pas pour basculer tout un compte d'épargne. Pourquoi? Parce que l'euro va encore baisser, pour une raison simple: jeudi prochain, la BCE va annoncer un nouveau programme d'assouplissement quantitatif (achat pour 700 milliards d'euros de dettes souveraines), qui a pour but de faire encore baisser la monnaie unique. Certains voient le cours se stabiliser aux alentours de 0,95 centimes.

2) Précipitez-vous sur les ACTIONS suisses

Un krach de 14% en deux jours, un SMI ramené au niveau d'il y a un an et demi, cela offre de belles perspectives. Le monde ne s'est pas effondré, il n'est même pas certain que la Suisse entre en récession. Certes, les analystes réduisent les prévisions bénéficiaires de certaines entreprises. Mais pour d'autres, c'est juste l'espoir de hausse du dividende qui est remis en cause. Cela ne justifie pas de telles chutes des prix des actions. De plus, les rendements des dividendes sont montés en flèche avec ce krach.

3) Laissez tomber les OBLIGATIONS

Savez-vous que, depuis le 16 janvier, il faut payer pour prêter à 10 ans à la Confédération? Et cela risque de durer. Tant que les taux d'intérêt négatifs seront en vigueur, tant que la déflation minera l'économie, tant que la zone euro n'aura pas retrouvé des couleurs, les capitaux rechercheront les placements à zéro risque, dont les emprunts de la Confédération sont l'emblème.

4) Ne pariez pas sur l'OR ni le PETROLE

Certes, ils se sont tout deux appréciés cette mi-janvier en raison de la tourmente mondiale. Mais le métal jaune se remet mal de l'éclatement de sa bulle de 2013 et le second poursuit sa chute entamée en juillet.

Ces brillants conseils n'émanent évidemment que de journalistes, repris ici par un petit prof. sans prétentions qui, c'est bien connu, passent leur temps à se tromper (également se plaindre et se luger pour le petit prof. mesquin). Ces avis ne valent évidemment rien et le lecteur avisé est prié de s'en remettre aux jugements éclairés des vrais professionnels de la finance qui, eux, ont toujours vu juste.

Pour approfondir le sujet (abandon du taux plancher), télécharger l'édition spéciale du journal L'Hebdo.

Accueil