blog ecole2.com

James Dyson se profile en gagnant de la canicule

Source: TDG

La Fédération romande des consommateurs le répète chaque année: tous les grands coups de chaud provoquent des pénuries de ventilateurs. Cette année encore, James Dyson se profile donc comme le grand gagnant des canicules.undefined

Cet entrepreneur, anobli en décembre 2006 par la monarchie britannique, a en effet créé en automne 2009 un ventilateur toujours cité en référence dans toute l’Europe, si ce n’est dans le monde. Cet article, le fameux Dyson cool, continue ainsi de bénéficier d’une forte demande chaque été, comme le confirmait encore l’an dernier Migros Vaud.

Le Dyson cool séduit avant tout par son esthétique, ne laissant apparaître aucune hélice. Cette spécificité convainc, en dépit de prix très élevés par rapport à ceux d’entreprises d’Extrême-Orient. "La Suisse est un marché très important pour nous. Ses consommateurs se montrent très sensibles aux charmes de la technologie", se félicite le président du directoire de Dyson Limited, Max Conze.

Des dimensions énormes

Les canicules et le réchauffement climatique ne concernent toutefois pas seulement la Suisse. Le succès des ventilateurs de Sir James Dyson (sans oublier celui de ses aspirateurs) prend donc des dimensions énormes, dans le monde entier.

Sa société a au moins triplé ses bénéfices l’an dernier sur trois marchés asiatiques: Chine, Indonésie et Philippines. Sa prochaine grande cible est évidemment l’Inde. Alors que Dyson Limited réalise déjà plus de la moitié de ses ventes et bénéfices dans la zone Asie/Pacifique. Simultanément, en comparaison par pays, les Etats-Unis restent le marché le plus important de Dyson Limited.

Divers produits

La canicule ne provoque cependant pas que des pénuries de ventilateurs sur la planète et dans la patrie de Guillaume Tell. Celle-ci apparaît ainsi comme un important marché de la crème solaire, fortement stimulé par les périodes de canicule, selon les observations de l’Association suisse des cosmétiques et des détergents.

L’an dernier, les chiffres d’affaires globaux se sont élevés à 275,4 millions de francs dans cette branche. Avec un été nettement plus chaud, en 2015, les recettes ont atteint presque 11 millions de plus. En Suisse, pays de montagnes, l’élaboration et la production de crèmes solaires relèvent de réelles traditions industrielles.

Certaines marques, présentes sur le marché mondial, en témoignent, comme Daylong (Galderma/Nestlé) ou Sherpa Tensing (Steinfels/Coop). Piz Buin, produit phare de Johnson & Johnson, porte lui-même le nom d’un sommet situé entre la Silvretta grisonne et le Vorarlberg autrichien.

Les effets de la canicule ne se limitent toutefois pas à la stimulation de la demande de certains produits. De nombreux Etats membres de l’Union européenne estiment aujourd’hui qu’environ 70% de leurs entreprises s’avèrent "météo sensibles". Celles du secteur primaire, et toutes celles utilisant des denrées alimentaires comme matières premières, sont particulièrement exposées. En été comme en hiver.

La chaleur actuelle, couplée à une forte sécheresse, provoque déjà une hausse appréciable des cours du blé en Europe. Les producteurs d’olives grecs et italiens déplorent leurs récoltes catastrophiques.

L’Association française des producteurs d’huile d’olive a évoqué en début de semaine une baisse d’un quart de l’offre de matières premières du terroir en cinq ans. Un très grand nombre de nouveaux oliviers auraient pourtant été plantés dans l’Hexagone ces dernières années.

Autre conséquence des canicules et du réchauffement climatique: les grands crus du Bordelais souffrent et sont de plus en plus chargés en alcool. Toute la carte des vignes d’Europe occidentale remonte vers le nord. Taittinger se dote actuellement de terrains et plante des vignes dans le Kent, riche en sols similaires à ceux de la Champagne. L’exil des vins à bulles commence.

Deux Genevois qui en ont dans le bocal (gastronomique)

undefinedFondateurs de ''Oggi'', Patrick Bante et Luca Kuettel servent une cuisine raffinée dans des pots en verre. Sur le Net, avec bientôt un resto

On pourrait dire de ces deux-là qu’ils sont sévèrement agités du bocal. Patrick Bante et Luca Kuettel se sont rencontrés sur les bancs de l’Université de Saint-Gall. Après deux masters en banque et finance suivis de quelques expériences professionnelles dans le monde des affaires, les deux amis décident de sacrifier à leur passion: la cuisine.

Le projet d’ouvrir une affaire axée sur quatre concepts distincts prend alors forme. L’idée? Développer des recettes en bocaux, un service traiteur, des cours de cuisine et bientôt un restaurant. Le tout en garantissant la fraîcheur d’une cuisine préparée avec les produits du jour. D’où le nom de ''Oggi'' – traduisez ''aujourd’hui'' en italien – donné à la petite entreprise.

Un langage universel

Les nombreux voyages de Luca Kuettel ont été l’un des éléments déclencheurs de cette aventure. ''Aux quatre coins du monde, j’ai fait des découvertes culinaires: pâtes fraîches en Italie, ceviche à Lima, gastronomie indienne à Londres, haute cuisine à Lucerne… Je combinais voyages et études'', explique le jeune entrepreneur. Lequel réalise que la représentation artistique et éphémère d’un plat est un langage universel.

Chez Oggi, les plats cuisinés sont d’inspiration méditerranéenne. Ils se composent d’ingrédients locaux et saisonniers et notamment des fameux légumes moches pas assez sexy pour la grande distribution mais dont la qualité reste au top. Un procédé économique qui évite le gaspillage alimentaire et qui colle à la philosophie ''zéro déchet'' des deux associés.

Qu’y a-t-il dans ces bocaux?

De la même manière, les bocaux de ces plats prêt-à-manger sont réutilisables, consignés 3 francs remboursables à la commande suivante. Quant au contenu, il varie entre la soupe de carotte, gingembre et cardamome, le ragoût de bœuf aux câpres et oignon rouge qui mijote pendant quatre heures dans son pinot noir genevois avec polenta au romarin et à la noisette. Ou encore la crème de fromage frais avec son coulis de griottes sur un nid de spéculos à faire fondre gourmets et gourmands. Notez que cette cuisine en bocal se conserve facilement sept jours grâce à un procédé de traitement 100% naturel: ''De quoi faire votre menu pour la semaine'', précise Patrick Bante.

Oggi, www.oggisimangia.ch, source: Le Temps

Accueil