blog ecole2.com

Vingt-six milliardaires ont autant d'argent que la moitié de l'humanité

Source: rts / ats / ther

"Le fossé qui s'agrandit entre les riches et les pauvres pénalise la lutte contre la pauvreté, fait du tort à l'économie et alimente la colère dans le monde", a affirmé Winnie Byanyima, directrice exécutive d'Oxfam International, citée dans le communiqué.

Selon le traditionnel rapport annuel d'Oxfam sur les inégalités mondiales, publié en amont du Forum économique mondial qui se tient jusqu'à vendredi à Davos, 26 personnes disposent désormais d'autant d'argent que les 3,8 milliards les plus pauvres de la planète. En 2017, ils étaient au nombre de 43.

Quant à l'homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, le patron d'Amazon, sa richesse a atteint 112 milliards de dollars l'an dernier. Or, "le budget de santé de l’Éthiopie correspond à 1% de sa fortune", souligne l'ONG.

"Une richesse sous-taxée"

Le rapport estime par ailleurs que "la richesse est tout particulièrement sous-taxée". Et de noter que sur un dollar d'impôt sur le revenu, seulement quatre centimes proviennent de la taxation de la richesse. Les gouvernements "doivent s'assurer que les entreprises et les plus riches paient leur part d'impôts", souligne l'étude.

Selon Oxfam, qui estime que les plus riches cachent au fisc 7'600 milliards de dollars, dans certains pays comme le Brésil ou le Royaume-Uni, "les 10% les plus pauvres paient désormais des impôts plus élevés en proportion de leurs revenus que les plus riches".

L'Oxfam dénonce l'écart entre la minorité toujours plus fortunée de la planète et la majorité toujours plus pauvre.

Un écart qui ne cesse de se creuser

D'une manière générale, la fortune des milliardaires dans le monde a augmenté de 900 milliards de dollars l'an dernier, soit au rythme de 2,5 milliards par jour, alors que celle de la moitié la plus pauvre de la population de la planète a chuté de 11%, a-t-elle précisé.

Le nombre de milliardaires a d'ailleurs doublé depuis la crise financière de 2008, souligne Oxfam. Et l'ONG de conclure que "les riches bénéficient non seulement d'une fortune en pleine expansion, mais aussi des niveaux d'imposition les moins élevés depuis des décennies".

"Si la tendance était inversée, la plupart des gouvernements auraient suffisamment de ressources pour financer les services publics", a souligné l'ONG.

Voir aussi l'interview de François Bourguignon, économiste, ancien vice-président de la Banque mondiale et professeur émérite à l’École d'économie de Paris.

Facebook lance une nouvelle plateforme de diffusion de e-sport

Source: ats/jop

Facebook a lancé vendredi une nouvelle plateforme, intégrée au réseau social, consacrée à la diffusion en direct de parties de jeux vidéo. Le réseau social entend rattraper son retard sur les grands acteurs du secteur.

Facebook a dévoilé vendredi son dispositif Level Up Program, destiné à ceux qui débutent dans la diffusion en direct ou en différé de parties de jeux vidéos. En outre, le site a présenté une plateforme dédiée au "gaming", accessible à l'adresse fb.gg, qui agrège les vidéos en direct et en différé disponibles.

undefined

Certaines compétitions de e-sport ont déjà pris des dimensions énormes, comme ici à l'ESL One de Hambourg, fin 2017.

En janvier, le réseau social avait lancé son Gaming Creator Pilot Program, qui offrait déjà une série d'outils permettant notamment aux joueurs habitués d'améliorer leur audience.
Du retard sur un marché juteux

La diffusion en streaming de parties de jeux vidéo constitue l'un des piliers du e-sport, un secteur en plein essor. Or, facebook possède un retard conséquent sur ses concurrents, à commencer par les plateformes Twitch (Amazon) et YouTube (Google).

En s'ouvrant à ce marché, le réseau social créé par Mark Zuckerberg cherche également à rester au contact du jeune public, qui a tendance à migrer vers d'autres réseaux sociaux, selon plusieurs études.

Netflix: acteur incontournable de la production audio-visuelle

Sur la base du reportage: 100mn d'utilisateurs à environ 10.- par mois, soit quelques 12md par an.

En lisant les résultats de Netflix (source: google finance), on s’aperçoit que

2/3 des revenus (cost of good sold, cogs ou pramv en français)

sont reversés aux intermédiaires ou à la création de contenu (supposition).

La firme

  • investit 10% de son chiffre d'affaire en recherche et développement (r&d) et
  • réalise un bénéfice de l'ordre de 5% de ses revenus,

soit environ

600k de bénéfice par an

(12md de revenus - 8md de cogs - 1.2md de r&d - x de sg&a = 0.05 x 12 = 0.6, x valant entant ainsi de 2.2md).

Les questions que je me pose:

  1. ma supposition ci-dessus est-elle réelle (la création de contenue est mise en charge) ou une partie des coûts sont-ils activés?
  2. ces investissements sont-ils directement pris sur les cashflow générés ou une partie est-elle empruntée?...
  3. Les actions de cette société pourrait-elle faire comme celle d'Amazon à ses débuts (1997)... un investissement de 5k valant aujourd'hui environ 1ml (certains analystes décrivant l'action comme "remarquablement similaire à un début d'Amazon.com")

Pour les apprenants: réaliser un tableau comparatif avantages / inconvénients / risques pour m’aider à résoudre ces questions.

Accueil