Source: article de Philippe Rodrik pour la Tribune de Genève, image de l'Office fédéral de la statistique

undefinedEn décembre Genève a vécu sa plus forte baisse de l’indice cantonal des prix à la consommation sur un mois, depuis plus de trois ans. Un fléchissement de 0,6% a en effet été constaté.

Sur un an le repli a atteint 0,4%, c’est-à-dire entre décembre 2014 et décembre 2013. La variation annuelle moyenne se maintient néanmoins à plus 0,1%. Une valeur inchangée depuis mars 2014.

La baisse de l’indice sur un mois en décembre provient notamment de l’évolution des prix des produits pétroliers. Leur recul persiste, et même s’accélère, depuis juin. Les tarifs du mazout ont ainsi diminué de 11,8% sur un mois et chuté de plus d’un cinquième sur un an. Les prix des carburants ont fondu, respectivement, de 5,1% sur un mois et de 8,5% sur un an. En retirant les produits pétroliers du calcul, l’indice perd 0,3% sur un mois et progresse de 0,1% sur un an. Les prix des transports publics ont il est vrai eux-mêmes baissé de 2,6% depuis leur dernière hausse, il y a deux ans.

La forte érosion des tarifs des TPG (moins 12,9% par rapport à la dernière adaptation de décembre 2011) compense en fait largement la progression de ceux des CFF (plus 2,7% depuis la dernière augmentation, en décembre 2012).

Au-delà des joies à court terme, rappelons qu’une baisse des prix à la consommation reflète davantage des inquiétudes que de l’optimisme. Sans attendre de véritables menaces de déflation, des gouverneurs de banques centrales européennes se font déjà des cheveux blancs en observant la persistance de taux d’inflation inférieurs à 1,8%, sur huit mois.

Pour aller plus loin: séquence iconomix sur le pouvoir d’achat