Symbole de l'émotion des internautes, le hashtag #JeSuisCharlie, créé une heure après l'attentat, a très vite contaminé les principaux réseaux sociaux et au delà. Plusieurs millions de tweets émis avec ce mot clef en 24 heures, des milliers de photos de profils modifiées avec ce logo. Un succès qui s'explique par la simplicité, l'universalité du message et le besoin de créer du lien, en réaction à l'attentat d'hier contre la liberté d'expression.

Je suis Charlie.jpg
"Je suis Charlie" by Joachim Roncin. Licensed under Public Domain via Wikimedia Commons.

Pour aller plus loin: cartographie de l'évolution du tag, communication institutionnelle de Berne et analyse par Magali Philip dans l'emission Sonar de la TSR

L'émotion a également gagné le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), puisqu'il est revenu sur une malencontreuse citation signée de la ministre Doris Leuthard, en tout les cas, publié en son nom. Elle aurait en fait donné son feu vert à un processus global de communication; feu vert qui a été interprété comme un accord pour ce tweet, rédigé dans la précipitation. En l’état, cette version des faits dédouanerait (peut être pas complètement) la démocrate-chrétienne ainsi que le responsable de son service de communication, Dominique Bugnon, en vacances jusqu’à ce jeudi...

Source de l'image (ajouté à ce billet dans un deuxième temps): Le Temps

undefined